Le foot en questions par Jul et Jim

Journée 7

2 Avril 2016 , Rédigé par Jul & Jim

Peut-on tout pardonner à Tony Vairelles ?

Journée 7

Evidemment ! Enfin, presque… En premier lieu, on peut lui pardonner son surnom acquis à Marcel Picot et évoquant une bande dessinée dont il pourrait être issu : « Le Toons ». Allez, on passe. Ensuite, ses soucis avec la justice, parce qu’il en est sorti plus fort et plus blond que jamais. On pourrait même lui pardonner le slam, qu’il pratique avec moins d’aisance que le crochet inter-exter-débordement-centre au cordeau. On l’aime, Tony, alors on est indulgent. Sa technique, son engagement, son sourire ont fait chanter d’une seule voix (et c’est ni beau à entendre ni fréquent à voir) Lyonnais, Lensois et Nancéiens. Non, tout est pardonnable, sauf bien sûr LE souci, LE truc que le meilleur des juristes ne saurait justifier : sa coupe de cheveux quand il était joueur. Permanente sur le devant, nuque filasse à l’arrière… Non, Tony, ça c’est mal. Il y a des enfants qui regardent, quand même.

Partager cet article

Commenter cet article